Mardi, 17 mars 2020

Classé dans : Actualité | 0

Mardi de la 3e semaine du Carême

Lecture du mardi de la 3e semaine du Carême

Commentaire…

La question que pose Pierre à Jésus est redoutable : est-il possible de toujours pardonner ? Dans le premier Testament, la Loi disait : « œil pour œil, dent pour dent », ce qui est une manière de limiter la vengeance. On ne peut faire plus de mal que ce que l’on nous a fait. L’Evangile invite au pardon. Mais peut-on indéfiniment pardonner à quelqu’un qui recommence sans cesse à nous offenser ?

Nous confondons souvent le pardon avec l’oubli, ou avec le fait de ne plus être blessé par l’offense. Le pardon peut être donné alors même que nous n’oublions pas l’offense, ou quand elle continue à nous blesser.

Dans cette parabole, Jésus nous montre que le pardon correspond au don de la vie. Le mal que l’on commet entraîne la mort, plus ou moins grande de l‘âme, alors que le pardon rétablit cette vie abîmée par le péché. Ainsi, lorsque le premier débiteur est condamné, son maître se propose de le vendre en remboursement de sa dette, ainsi que sa femme, ses enfants et tous ses biens, c’est-à-dire en fait que le créancier lui prend toute sa vie.

Lorsqu’à la réponse de sa supplication, le maître lui remet sa dette, il lui rend en fait toute sa vie. C’est d’ailleurs ce que Dieu fait avec chacun de nous lorsqu’Il nous pardonne nos péchés en Jésus.

Lorsque nous refusons d’offrir le pardon à celui qui nous a offensé, nous sommes un peu comme ce premier débiteur, qui se fait remettre une dette impossible à rembourser, et qui devenant à son tour créancier, refuse de donner un délai à son propre débiteur.

Par cette parabole, Jésus nous invite à mieux vivre du pardon qu’Il nous a offert dans le Mystère de sa Croix glorieuse, à vivre avec une immense gratitude de cette miséricorde entièrement gratuite qu’Il nous fait en nous rendant la Vie perdue par nos péchés. Ainsi, serons nous capable de pardonner aussi libéralement à nos frères. Que ce temps de Carême nous fasse progresser dans cette double direction.

Frère Jean-Joseph