Évangile commenté

Evangile du Lundi 16 mars 2020

Lundi de la 3e semaine du Carême

Lecture du lundi de la 3e semaine du Carême

Commentaire…

Oh ! Comme nous n’aimons pas entendre la vérité sur soi ! Ainsi que les Nazaréens nous pouvons devenir furieux, agressifs voire criminels… Deux questions se posent : Que reproche Jésus à ses concitoyens ? Pourquoi la prière de Naaman le Syrien, telle qu’elle nous est rapportée dans le deuxième livre des Rois (1ère lecture du jour) a t-elle été exaucée ?

L’Évangile de saint Luc, dans ce même chapitre 4, deux versets plus haut nous rapporte : ‘Ils se disaient : « N’est-ce pas là le fils de Joseph ? »’ Les Nazaréens sont étonnés des paroles de grâce qui sortaient de la bouche de Jésus mais ils concluent par un raisonnement qui leur fait oublier la beauté, la profondeur, la majesté décisive des paroles entendues. «  Âme malheureuse ! Tu vois l’humilité du médecin et tu ne vois pas le cancer de ton orgueil, c’est pourquoi l’humilité ne te plaît pas. » proclamera st Augustin dans l’un de ses sermons.

Naaman le Syrien, suite à l’injonction du prophète Élisée d’aller se baigner dans le Jourdain pour soigner sa lèpre, commence par raisonner, se met en colère et s’enferme dans son orgueil de général. Mais finalement il prête l’oreille à la voix de l’humilité représentée ici par ses serviteurs, tait son raisonnement logique et se baigne dans le Jourdain, pas seulement une fois mais sept fois comme le lui avait demandé Élisée. Il redevient pur…

Sommes-nous des chrétiens habitués ? Par la plupart d’entre nous, Jésus nous a accompagnés depuis notre enfance dans notre environnement culturel…  A la lecture de l’Évangile de ce jour, il semble bien que la Grâce n’agit qu’en terre étrangère… Comment faut-il faire pour que la Parole, les Sacrements, l’Eglise même, devienne pour nous une « terre étrangère » ?  Le fils prodigue qui revient pourtant en terre connue, à la maison, est passé au feu de l’humilité… Il reconnait dans ce père, son Père.

fr Syméon

Contenu similaire