Évangile commenté

Evangile du Samedi 2 mai 2020

Samedi de la 3e semaine du Temps Pascal
(2 mai 2020)

Lecture du jour 

Commentaire

Ce passage d’Évangile conclue donc le discours dit du Pain de vie et manifeste visiblement que c’est un échec… À peine revenus de l’émerveillement de la multiplication des pains, à la suite du discours de Jésus, la plupart des disciples s’écartent et abandonnent leur maître. Seuls les douze restent… Parmi ceux-là, celui qui s’exclame : « Tu as les Paroles de la vie éternelle. » Pierre, reniera le Christ au temps de la Passion. Enfin, un verset plus loin, Jésus révèle que l’un des douze est un diable… Le tableau n’est pas folichon !
Il y a quelques années alors que je demandais à une personne rencontrée si elle était croyante, la réponse qui me fût donnée était en substance la suivante : « Oui, je crois en Jésus mais alors l’Eglise, l’Eucharistie, là, non vraiment pas… » Cet homme m’a rendu un grand service. Quelques heures plus tard, je me suis retrouvé devant le Saint Sacrement exposé et ce fût un choc. Je réalisais combien c’est justement par l’Eucharistie que je puis vraiment croire en Jésus. C’est le signe qu’Il nous a donné, sa signature : Lui-même.
C’est par l’Eucharistie que je peux recevoir l’Église. Elle qui justement est fondée pour délivrer l’Eucharistie ! Je peux juger sévèrement mon évêque, mon curé, moi-même enfin… Mais j’ai l’Eucharistie, qui ne change pas, ne bouge pas et doucement m’attire, me divinise, bien que je sois si souvent de glace «à la nuque raide »… Mon regard posé sur moi-même s’apaise enfin,  se purifie peu à peu. Je puis regarder les autres dans la Charité. L’Eucharistie est un trait de lumière qui traverse et éclaire tous les temps et les lieux de l’obscurité humaine, dans l’Église et hors de l’Église. Elle engendre les saints ! Le Pain de vie, institué à la Sainte Cène, l’Eucharistie, c’est l’ancre de notre vie, l’Alpha et l’Oméga de ma destinée humaine.

Fr. Syméon

 

À lire…

Pour vivre le dimanche sans l’Eucharistie

 

Contenu similaire