Évangile commenté

Evangile du Lundi 20 avril 2020

Lundi de la 2e semaine du Temps Pascal
(20 avril 2020)

Lecture du jour 

Commentaire:

Nicodème cherche à rencontrer Jésus au début du ministère apostolique lors de son premier passage à Jérusalem. D’après saint Jean, Jésus vient de poser un geste très étonnant et qui scandalise les grands prêtres et les scribes, en chassant les marchands du temple. Des gens commencent à croire en Lui à la vue des signes qu’il accomplit et Il est déjà une pierre d’achoppement pour les chefs de son peuple. C’est dans ce contexte que Nicodème vient rencontrer Jésus, mais de nuit quand personne ne le remarque.

Nicodème veut entraîner Jésus dans une discussion entre docteurs : « c’est de la part de Dieu que tu es venu comme un maître qui enseigne ». Dans sa réponse, Jésus va déplacer l’axe de la discussion et utiliser une image, celle de la nouvelle naissance, en vue de surprendre son interlocuteur.

La mission de Jésus n’est pas d’abord d’apporter un nouvel enseignement, qui approfondit celui de la Loi et des Prophètes, même s’il le réalisera aussi. Jésus est venu apporter une vie nouvelle, à travers l’offrande de sa vie par sa mort sur la Croix et sa résurrection. Et cette vie ne peut être reçue par Nicodème, par les hommes, par chacun de nous qu’à travers l’image d’une nouvelle naissance : celle « de l’eau et de l’Esprit ». Cette image est parlante pour Nicodème, car elle rappelle la naissance du peuple d’Israël par le passage de la mer Rouge, qui se referme sur les Égyptiens. Les tribus disséminées en Egypte deviennent alors le peuple de Dieu. C’est comme une naissance pour le peuple.

L’eau nous rappelle notre baptême par lequel nous sommes nés à la vie divine. Sans doute nous rappelle-t-elle aussi l’eau et le sang coulant du côté du Christ transpercé sur la Croix. Enfin, il y a un rappel du baptême de Jean, en vue de la purification des péchés dans l’attente de l’avènement du Messie. Cette vie nouvelle reçue du Christ transforme notre vie terrestre en une vie sous le souffle de l’Esprit Saint, qui à travers toutes nos morts, souffrance physique ou souffrance intérieure, tristesse, désespoir, …, nous fait passer à travers elles avec Jésus pour laisser la vie , vie d’amour victorieuse, s’emparer de notre personne, et devenir ainsi pour le Père des enfants bien-aimés.

fr Jean-Joseph

À lire…

Pour vivre le dimanche sans l’Eucharistie

Contenu similaire