Évangile commenté

Evangile du Jeudi 21 mai 2020 – L’Ascension

L’Ascension
(21 mai 2020)

Lecture du jour 

Commentaire

Le mystère de l’Ascension parmi les mystères du rosaire nous est présenté comme ayant pour fruit l’Espérance et le désir du Ciel. Cela est bien exprimé dans les différentes prières eucharistiques où il nous est dit : nous célébrons le jour très saint où notre Seigneur ayant pris notre nature humaine avec sa faiblesse, la fit entrer dans la Gloire du Père auprès de lui. Et ainsi notre nature humaine avec Jésus, le Fils de l’homme et le Fils de Dieu, participe pleinement de la Gloire du Père, du Fils, l’unique engendré, et du Saint Esprit ; cette gloire qui est cette toute puissance de vie et d’être au service de l’Amour.

Aussi Jésus peut envoyer ses apôtres dans le monde entier : « De toutes les nations faites des disciples, baptisez les au Nom du Père et du Fils et du Saint Esprit » de ce Baptême qui est d’être plongé dans la mort et la Résurrection de Jésus pour ressusciter un jour comme lui et entrer avec lui et en lui dans la Gloire du Père.

Alors on comprend l’Espérance qui peut animer les Baptisés portés à attendre tout de Dieu pour leur nature humaine, esprit, âme et corps.

Ainsi les apôtres sont là à regarder vers le Ciel alors que Jésus avait disparu caché par une nuée. Alors deux hommes en vêtements blancs leur disent : « Galiléens pourquoi restez vous là à regarder vers le Ciel ? Ce Jésus qui a été enlevé au Ciel d’auprès de vous viendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le Ciel. »

Nous allons nous aussi, un jour, entrer dans la Gloire du Père comme Jésus, par lui, avec lui et en lui nous est donnée la vie divine. Sa venue glorieuse c’est d’être transporté en tout ce que nous sommes et avec toute « la Création, qui attend la Révélation des Fils de Dieu », dans le sein du Père, de sorte que « Dieu soit tout en tous » selon les mots de Saint Paul.

Nous demeurons en tant que baptisés dans cette attirance, cet état ascensionnel vers cet état de Gloire de Jésus qui est aussi celui de la Sainte Vierge en son mystère d’Assomption.

Ainsi être baptisé c’est entendre la parole des anges qui nous disent : « ce Jésus qui a été enlevé du milieu de vous viendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le Ciel » ; et croire c’est savoir que notre humanité est déjà en pleine Gloire dans le Ciel et que cette Gloire nous est promise.

fr Jean-Gérard

À lire…

Pour vivre le dimanche sans l’Eucharistie

 

Contenu similaire