Évangile commenté

Evangile du Samedi 21 mars 2020

Samedi de la 3e semaine du Carême

Pour vivre le dimanche sans l’Eucharistie

Lecture du Samedi de la 3e semaine du Carême
Commentaire…

« L’un était pharisien, et l’autre, publicain ». Lorsqu’il y a une opposition entre deux idées, nous avons toujours l’impression que nous devons choisir soit l’une ou soit l’autre. Nous pourrions même parfois ajouter que si l’une est fausse, l’autre est nécessairement vraie. Jésus prend pour exemple un pharisien et un publicain, pour nous montrer que ce qui est le plus important, ce n’est pas l’apparence mais bien la véritable relation que nous avons avec Dieu. L’important ce n’est pas ce que les gens peuvent voir de l’extérieur mais bien ce que nous faisons vraiment au plus profond de nous.

À première vue, le pharisien devait être quelqu’un qui prie mieux que le publicain. Le pharisien connaissait parfaitement la loi et l’appliquait sans problème. Le publicain, de son côté, était plus à l’argent qu’à Dieu. Il n’avait pas de scrupule à demander plus que ce qu’il devait demander. Mais Jésus inverse ces apparences en montrant que le pharisien peut faire  tout ce qu’il fait par pur orgueil et non pour Dieu et que le publicain peut aussi faire tout ce qu’il fait tout en croyant qu’il fait mal. Ce revirement de la situation nous fait ainsi détester le pharisien dans son autosuffisance et son orgueil et aimer le publicain dans son humilité et sa véritable relation avec Dieu. Et c’est vraiment cela qu’il faut regarder au plus profond des gens. La véritable relation qu’ils ont avec Dieu…

Et nous, qu’elle est notre véritable relation avec Dieu ? Pensons-nous que nous sommes toujours un bon chrétien qui agit toujours que pour Dieu ? Que Dieu ne peut nous reprocher que de petites choses ? Ou sommes-nous toujours un peu déçu de ne pas être à la hauteur de ce que Dieu nous demande ? Naturellement, il ne faut pas oublier que si nous pensons ne pas être un bon chrétien devant les hommes en disant que nous sommes de pauvres pécheurs, cela ne signifie pas pour autant que nous sommes de bons chrétiens. Saint Augustin nous le rappelle très bien en nous disant que nous pouvons vouloir vivre pauvrement et pour les autres non pas par amour pour Dieu mais seulement par orgueil… Demandons à Dieu de nous aider à toujours le suivre dans ce qu’il nous demande et de le faire pour lui seulement et non pour notre propre gloire…

Fr René

,

Voir les commentaires des jours précédents:

Samedi, le 21 mars 2020 – fr René

Vendredi, le 20 mars 2020 – fr Syméon

Jeudi, le 19 mars 2020 (Solennité de saint Joseph) – fr Ismaël

Mercredi, le 18 mars 2020 – fr Jean-Joseph

Mardi, le 17 mars 2020 – fr Benoît-Étienne

Lundi, le 16 mars 2020 – fr Syméon

Dimanche, le 15 mars 2020 – fr René

Contenu similaire