Évangile commenté

Evangile du Dimanche 26 avril 2020

3e Dimanche du Temps Pascal
(26 avril 2020)

Lecture du jour 

Commentaire:

Il est étonnant de s’apercevoir combien dans cet évangile nous retrouvons les différentes parties de la messe, de même que son préambule… Les disciples d’Emmaüs marchent en tournant le dos à Jérusalem… C’est bien souvent notre cas ! Ces deux disciples sont tristes et désabusés. Jésus les corrige : « comme votre cœur est lent à croire… » Jésus le dispose, ce cœur tiède et rétif, par la « liturgie » de la Parole et c’est finalement à la fraction du pain qu’ils le reconnaissent. L’Eucharistie réclame de nous un saut dans la foi. Le reconnaître, là, présent, réellement présent dans le sacrement bien que les espèces du pain et du vin ne changent pas d’apparence… Lorsque Jésus disparaît, les deux disciples se remettent en route dans la nuit, direction Jérusalem !

Avez-vous remarqué que bien qu’ayant la foi, le réel ne change pas ? Mon cœur peut être conquit mais mon appréhension du réel à besoin d’être convertie. Même si le monde semble livré au chaos, la venue du christ dans ce monde a tout changé, tout transfiguré mais les feuilles continuent de tomber en automne et les frimas de l’hiver surviennent ! Notre cœur cependant est tellement chaud que, même s’il fait nuit, s’il fait froid,  nous sortons avec ardeur pour annoncer l’avènement du Royaume !

fr Syméon

À lire…

Pour vivre le dimanche sans l’Eucharistie

Contenu similaire