Évangile commenté

Evangile du Lundi 27 avril 2020

Lundi de la 3e semaine du Temps Pascal
(27 avril 2020)

Lecture du jour 

Commentaire

Il y a une certaine agitation de la foule après la multiplication des pains. Ils partent à la recherche de Jésus et l’ayant trouvé on a l’impression qu’ils demandent des comptes à Jésus au lieu de le remercier du signe qu’il avait accompli.

Mais Jésus révèle leur état d’esprit : « Amen, amen, je vous le dis : vous me cherchez, non parce que vous avez vu des signes, mais parce que vous avez mangé de ces pains et que vous avez été rassasiés. » Ils n’ont pas compris la signification de ce signe qui leur révélait qu’il est l’envoyé du Père pour nourrir leur âme. Car : « l’homme ne vit pas seulement de pain mais de toute parole qui sort de la bouche de Dieu. »

Ils vont à la recherche de Jésus pour des biens matériels et non pour recevoir le pain de sa parole.

Or Jésus n’est pas venu leur donner du pain terrestre sans qu’ils aient à travailler. Il leur demande de rechercher les réalités d’en haut, les nourritures spirituelles qui sont éternelles. Et c’est Jésus lui-même qui pourra leur donner ce pain pour leur âme.

Lui seul peut leur donner cette nourriture car il est marqué du sceau par le Père. Il est la parfaite image du Père qui nous est donné pour que nous ayons la vie en son nom.

Alors on comprend la question des foules : « Que devons-nous faire pour travailler aux œuvres de Dieu ? » C’est aussi notre question et nous pouvons demander à Dieu qu’elle est sa volonté, mais dans un acte de foi : « Que ta volonté soit faite… »

« L’œuvre de Dieu, c’est que vous croyiez en celui qu’il a envoyé. »

Jésus indique ici que nous ne devons pas mettre d’obstacle à l’accomplissement des œuvres de Dieu en nous. Chacun doit se disposer à accueillir le don de la foi en coopérant avec la grâce que Dieu donne à chacun. Dieu est toujours à l’œuvre et il nous donne la bonne nouvelle de la résurrection de Jésus pour nous aider à croire en lui.

fr François Emmanuel

Contenu similaire