Évangile commenté

Evangile du Samedi 28 mars 2020

Samedi de la 4e semaine du Carême

Pour vivre le dimanche sans l’Eucharistie

Lecture du Samedi de la 4e semaine du Carême
Commentaire…

« Jamais un homme n’a parlé de la sorte ! ». La parole du Christ ne peut nous laisser indifférent. Laissons-nous toucher par cette parole comme ces soldats qui se sont laissé saisir par la parole de Jésus.  Seule cette parole est une parole de vérité et peut transformer notre vie. Profitons de ce carême pour prendre du temps à fréquenter la Parole de Dieu, à la ruminer comme disent les Pères de l’Eglise.

Ne perdons pas de temps à nous demander «  le Christ peut-il venir de Galilée ? ». Les juifs qui entendent Jésus sont étonnés car cela ne correspond pas à ce qu’ils pensaient ou imaginaient. Dieu les surprend avec un Christ venant de Galilée, avec cet homme qu’est Jésus. N’essayons pas d’imaginer Dieu, d’imaginer là où Il nous attend et où nous pensons qu’Il nous veut. Aujourd’hui encore Dieu surprend l’homme.  Il faut nous aussi être surpris par Dieu, nous laisser surprendre par notre Dieu. Il nous attend dans nos vies là où nous ne pensons pas le rencontrer, là où nous ne l’attendons pas. Le carême est là pour que nous nous rendre attentif à Lui.

Ne jugeons pas le Christ sans l’entendre : « Notre Loi permet-elle de juger un homme sans l’entendre d’abord pour savoir ce qu’il a fait ? ». Être à l’écoute du Christ pour faire la volonté du Père : « que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel ». Ne jugeons pas trop vite le Christ mais recevons ce qu’Il nous dit à travers sa Parole et ses gestes. Laissons-nous toucher par Lui pour mettre nos pas dans les siens, notre vie à l’unisson avec la sienne.

« Puis ils s’en allèrent chacun chez soi ». Nous aussi nous pouvons retourner chacun chez nous c’est-à-dire ne rien changer à ce que nous croyons, ce que nous pensons, sans ne rien changer à notre vie, sans nous laisser toucher par Jésus, sans nous convertir en profondeur. Cette dernière ligne droite vers la fête de Pâques, qui cette année est si particulière, vivons là tout tendu vers le Père en nous abandonnant toujours plus à sa divine miséricorde.

fr Benoît-Étienne

,

Voir les commentaires des jours précédents:

Vendredi, le 27 mars 2020 – fr Jean-Joseph

Jeudi, le 26 mars 2020 – fr Syméon

Mercredi, le 25 mars 2020 – fr René

Mardi, le 24 mars 2020 – fr Benoît-Étienne

Lundi, le 23 mars 2020 – fr Jean-Joseph

Dimanche, le 22 mars 2020 – fr Bernhard-Maria

Samedi, le 21 mars 2020 – fr René

Vendredi, le 20 mars 2020 – fr Syméon

Jeudi, le 19 mars 2020 (Solennité de saint Joseph) – fr Ismaël

Mercredi, le 18 mars 2020 – fr Jean-Joseph

Mardi, le 17 mars 2020 – fr Benoît-Étienne

Lundi, le 16 mars 2020 – fr Syméon

Dimanche, le 15 mars 2020 – fr René

Contenu similaire