Évangile commenté

Evangile du Samedi 4 Avril 2020

Samedi de la 5e semaine du Carême

Lecture du Samedi de la 5e semaine du Carême
Commentaire…

« À partir de ce jour-là, le grand conseil fut décidé à le faire mourir. » Cela faisait longtemps déjà que les grands prêtres cherchaient à faire mourir Jésus et on en comprenait les raisons, ils étaient scandalisés… Et le scandale, nous le savons, peut générer des réactions violentes. Nous avons un certain nombre d’exemples relativement récents, notamment en ce qui regarde les atteintes portées au prophète Mahomet… Mais ce qui est scandaleux ici c’est la raison pour laquelle le grand conseil décide effectivement de faire mourir Jésus. C’est une raison politique, par peur des Romains… C’est ce que l’on a coutume d’appeler la « raison d’état » un crime passionnel lié à la jalousie spirituelle (il n’y a rien de pire que la jalousie) ou à la ferveur religieuse blessée, sans pour autant l’excuser, nous pourrions le comprendre… Mais ce qui emporte le morceau c’est la peur. Un vrai gâchis… Mais c’est de par cette vacuité humaine que Jésus va accomplir le grand miracle de sa vie donnée pour sauver l’humanité blessée. Le grand prêtre Caïphe ne savait pas, non seulement qu’il disait vrai, mais que par la grâce offerte, sa prophétie s’étendrait à l’humanité toute entière !

Ce qui est vrai au plan communautaire est vrai aussi au plan personnel… Bien souvent atterré par notre propre inconséquence, notre péché, nous avons bien du mal à croire qu’un homme puisse donner sa vie pour nous « mais la preuve que Dieu nous aime c’est que le Christ, alors que nous étions encore pêcheurs, est mort pour nous » (Rom 5, 8). Le gâchis devient vie ! Alors, accompagné de cette prophétie dictée par la peur assumée par la grâce, ne doutons plus et, avec Jésus, avançons dans la Semaine Sainte pour mourir (et oui…) pour aussi ressusciter avec Lui.

fr Syméon

 

À lire…

Pour vivre le dimanche sans l’Eucharistie

Contenu similaire