Évangile commenté

Evangile du Lundi Saint 6 avril 2020

Lundi Saint

Lecture pour le Lundi Saint
Commentaire…

Nous sommes entrés dans Semaine Sainte et nous suivons Jésus à Béthanie dans la maison de Marthe, Marie et Lazare que Jésus a ressuscité.

Un repas y est donné pour remercier Jésus d’avoir sorti Lazare du tombeau.

Marie, la sœur de Lazare, a une initiative étonnante : elle verse un parfum d’un grand prix sur les pieds de Jésus, et nous dit St Jean : l’odeur du parfum rempli toute la maison.

Elle veut exprimer ainsi tout son amour envers Jésus, et pour lui, rien n’est trop grand. Lorsqu’un acte d’amour est vrai, il rejaillit sur tous ceux qui en sont témoins. Comme un parfum répandu que tout le monde peut sentir.

Nous aussi nous pouvons verser un parfum de bonne odeur sur les pieds de Jésus en faisant un acte de charité envers nos frères et nos sœurs, notre famille. Tout petit renoncement fait par amour est un parfum de bonne odeur pour le Seigneur.

Mais ce geste scandalise Judas car pour lui c’est du gaspillage et on aurait pu vendre ce parfum et aider des pauvres. Mais son intention n’est pas pure : il cache ses mauvaises intentions derrière une apparence de piété. Il voulait garder l’argent pour lui, et il met en opposition Jésus et les pauvres. St Augustin dit : « Si tu as aimé celui qui fait le bien, la bonne odeur t’a fait vivre ; si tu as jalousé celui qui fait le bien, la bonne odeur te fera mourir. »

Jésus révèle que Marie à fait ce geste en vue du jour de sa sépulture. De fait elle ne pourra pas faire ce geste d’embaumer le corps de Jésus au matin de Pâques car il sera déjà ressuscité. C’est donc sans le savoir qu’elle a fait ce geste.

Jésus aussi était pauvre car il n’avait pas d’endroit pour reposer sa tête. (Mt 8,20) et il ne sera pas toujours avec eux car dans quelques jours ce sera le temps de son départ vers le Père.

Mais il nous rappelle que nous devons toujours secourir les pauvres.

Il ne faut pas empêcher ceux qui veulent faire le bien, et en ces temps particuliers, nous sommes invités à être inventif dans la charité fraternelle.

Fr. François Emmanuel

 

À lire…

Pour vivre le dimanche sans l’Eucharistie

Contenu similaire