Évangile commenté

Evangile du Mercredi 6 mai 2020

Mercredi de la 4e semaine du Temps Pascal
(6 mai 2020)

Lecture du jour 

Commentaire

Jésus prononce ces paroles juste avant le repas de la Cène, qui commence avec le chapitre 13. Donc, ce sont les dernières paroles qu’il prononce devant la foule des juifs, afin de les conduire à la foi en Lui. Elles ont une particulière gravité et urgence.
Ces paroles sont en premier lieu un témoignage au Père qui a envoyé Jésus dans le monde afin que ceux qui croient en Lui soient sauvés : « celui qui croit en moi, …, croit en Celui qui m’a envoyé », « celui qui me voit, voit Celui qui m’a envoyé », « ce que je déclare, je le déclare comme le Père me l’a dit ». C’est donc en regardant Jésus comme un envoyé, dans un totale référence à son Père, que nous découvrons la vérité profonde de sa mission. Jésus n’attire à Lui que pour nous conduire vers le Père, et entrer dans l’attraction d’amour du Père sur nous. Le Père se révèle à travers Jésus : en le regardant parler et vivre, nous découvrons le visage et l’amour du Père, tel qu’Il veut se donner à nous. La mission de Jésus est donc d’abord de révéler le Père, de nous le faire connaître, de nous conduire à Lui : « celui qui me voit, voit Celui qui m’a envoyé ». Jésus nous apprend ainsi à devenir pour le Père des enfants bien-aimés, comme Lui et par Lui.
Comment nous conduit-Il vers le Père ? Il nous fait sortir en premier lieu des ténèbres, car Il est « la lumière » : en nous délivrant du péché et de l’obscurité que celui-ci produit en nous ; en donnant le sens véritable de notre vie, et en cela, Il est notre Bon Pasteur comme le révèle l’évangile de dimanche. Jésus vient aussi pour nous sauver, et tout d’abord de la mort en nous donnant la vie éternelle par le mystère de la résurrection. Il nous sauve de la désespérance en nous communiquant son amour, un amour plus fort que le mal, que le péché. Cet amour révèle la valeur de nos personnes, le prix que Dieu attache à notre réponse aimante à son Don en Jésus.
« Mon Dieu, je veux croire en Vous, je veux espérer en Vous, je veux Vous aimer et Vous adorer ».

Frère Jean-Joseph

À lire…

Pour vivre le dimanche sans l’Eucharistie

 

Contenu similaire