Évangile commenté

Evangile du Jeudi 7 mai 2020

Jeudi de la 4e semaine du Temps Pascal
(7 mai 2020)

Lecture du jour 

Commentaire

« Amen, amen, je vous le dis : si quelqu’un reçoit celui que j’envoie, il me reçoit moi-même ; et celui qui me reçoit, reçoit Celui qui m’a envoyé. » Il y a des paroles de Jésus qui nous marquent plus que d’autres. Aujourd’hui, Jésus nous dit que nous n’avons qu’à accueillir celui qu’il nous envoie pour l’accueillir lui et son Père. Ce n’est donc pas très compliqué d’accueillir Jésus… Mais en y réfléchissant un peu, je pense à Don Hélder Câmara qui racontait une petite anecdote qui lui était arrivée. Un jour, Dom Hélder Câmara méditait sur la raison qui empêchait les disciples d’Emmaüs de reconnaître Jésus. Alors qu’il était en pleine méditation, quelqu’un sonne à la porte. Il se lève de sa chaise et va ouvrir la porte. Il voit alors un pauvre lui tendant la main en lui demandant l’aumône. Il prend alors aussitôt un billet dans son portefeuille et le lui donne en lui faisant un beau sourire. Puis il referme la porte en retournant à sa méditation. C’est alors qu’il se rendit compte que lui aussi n’avait pas reconnu Jésus devant lui… Accueillir celui que Jésus nous envoi, et même Jésus lui-même, n’est peut-être pas aussi facile que nous pouvons le croire. Jésus ne nous envoie pas nécessairement celui que nous attendons. Il envoie plutôt celui qui nous fera grandir encore plus. En même temps, accueillir une personne, ce n’est pas seulement lui ouvrir la porte, C’est lui « ouvrir les bras ». Dom Hélder Câmara a pourtant bien accueilli le pauvre à sa porte mais il n’a pas accueillir la personne qui était là devant lui. Et c’est ce que nous faisons nous-aussi le plus souvent…

N’ayons pas peur de demander à Jésus dans nos prières de nous aider à accueillir toujours plus les personnes qu’il nous envoie et surtout de les accueillir comme si c’était lui-même qui était en face de nous.

fr René

À lire…

Pour vivre le dimanche sans l’Eucharistie

 

Contenu similaire