Évangile commenté

Evangile du Samedi 9 mai 2020

Samedi de la 4e semaine du Temps Pascal
(9 mai 2020)

Lecture du jour 

Commentaire

L’apôtre Philippe est un peu dur de la feuille. Il n’a pas entendu Jésus lui dire au sujet de son Père : « Dès maintenant vous le connaissez et vous l’avez vu ». « Seigneur, montre-nous le Père et cela nous suffit ». Cette demande de Philippe manifeste qu’il n’a pas entendu Jésus ou qu’il ne l’a pas compris. Cette demande manifeste également qu’il est fou ou bien qu’il est saint ou du moins qu’il est prêt : « Nul ne peut voir Dieu sans mourir » Exode 33,20 Mais Jésus va lui répondre : « Tu ne me connais pas Philippe ! Celui qui m’a vu a vu le Père ». Philippe veut voir avec ses yeux de chair. Jésus l’invite à voir avec les yeux de la foi.

Il y a quelques années alors que j’allais prendre un avion, j’avais le moral dans les chaussettes et je faisais cette prière : « Seigneur, montre-moi enfin ton visage ! » La phase d’atterrissage sur une piste exposée à un fort vent, fût plus que délicate… Ma prière devint : « Oui, voir ton visage… D’accord mais, Seigneur, surtout pas trop vite ! »

C’est terrible comme nous manquons de foi… Jésus nous dit dans cet évangile : « Celui qui croit en moi accomplira les mêmes œuvres que moi. Il en accomplira même de plus grandes puisque je pars vers le Père ». L’Évangile a été porté jusqu’aux extrémités de la terre. En ces temps contraires que nous vivons rappelons-nous cette parole du Christ. L’œuvre la plus grande est la plus petite : garder l’Espérance et faire resplendir la joie du Ressuscité dans notre plus proche entourage. En nous même en premier lieu… Le premier à convertir c’est moi-même ! La Sainte Trinité habite mon cœur. C’est cela que ma foi me dit… C’est une bombe pour notre monde ! Avançons au large et jetons loin les filets de l’Espérance et de la joie !

Fr. Syméon

À lire…

Pour vivre le dimanche sans l’Eucharistie

 

Contenu similaire